Le déroulement d'une séance,
Le cabinet de consultation  est le lieu d'une confiance partagée

Généralement, nous cherchons dans une psychothérapie des réponses à des états emprunts de solitudes, de difficultés, d'angoisses et d'inquiétudes. Nous cherchons également un professionnel engagé et compétent. L'alchimie permet la rencontre entre un thérapeute et son patient pour permettre à ce dernier des transformations: cognitives, affectives, émotionnelles, corporelles et biographiques..

 

Etre Gestalt-thérapeute n'est pas inné, mais s’acquiert par une formation certifiante de 5 années d'études auxquels s'ajoutent des modules en psychopathologie. L'exigence de cette profession tient à une supervision régulière et une formation continue. Il s'agit d'un cadre apportant des garanties à la relation de confiance attendue par une personne en souffrance psychologique à l'égard d'un professionnel. 

 

Le cadre thérapeutique que je propose repose sur le code de déontologie du Collège Européen de la Gestalt-Thérapie, et s'inscrit dans le respect de la dignité, de la liberté et des valeurs propres du patient.

La Gestalt-thérapie, une approche thérapeutique de la co-construction

Lors de la première consultation, je vais explorer la demande du patient, clarifier et répondre aux questions. Je pose les conditions du cadre de la relation thérapeutique (durée, règles de fonctionnement des séances et la fin de la thérapie, le tarif) . Si nous sommes d'accord sur le cadre, le travail thérapeutique peut commencer. 

L'une des postures attendues d'un Gestalt-thérapeute, est celle d'un renoncement à former un projet pour le patient. Le processus thérapeutique ne prévoit pas un changement à obtenir, d’objectif à atteindre ni d'étape à franchir. En revanche, nous reconnaissons 

l'influence du thérapeute sur la situation vécue dans la thérapie et sur le cheminement du patient et son implication dans la rencontre.(1)

Aussi, je me situe dans un courant thérapeutique qui considère que "l’individu n’est ainsi jamais seul porteur d’une souffrance, mais que cette souffrance est vécue dans un type particulier de rapport avec autrui (1)

La Gestalt-thérapie cherche à accroître le champ de liberté et le pouvoir de décision du patient.

 

Je vous invite donc à considérer cet espace thérapeutique, comme un tiers lieu, sécurisant et professionnel, pour interroger les colères, les angoisses, les agressivités, les joies, les tristesses, les malaises, et ces sentiments douloureux comme du vide, du plein, du creux, du mou, du brut, ......

L'être humain  porte un panel d'émotions et de sentiments,  Le cabinet de thérapie est un endroit propice à l'identification en conscience de nos différentes manières d'agir et de réagir lorsque nous sommes envahis par la douleur ou des formes d’excès. Que se-passe-t-il, lorsque nous sommes face à l'expression débordante d'états émotionnels ? 

 

La thérapie sert au questionnement et au changement: par exemple, comment nous nous y prenons pour notre confort ou inconfort de choix de vies ? Il s'agit alors de définir, avec le plus de justesse possible, nos douleurs mentales et physiques. La précision de nos états émotionnels sert aussi à vérifier nos états d'équilibres et de déséquilibres dans nos vies afin d'aller vers la nouveauté de nos expériences. 

Tout sert de base de travail pour le thérapeute, qui va soutenir son patient à prendre conscience de son vécu, à mettre en mouvement ses représentations, à progressivement reconnaitre et accueillir ses sensations et émotions, à identifier son besoin, puis à trouver de nouvelles formes d’interaction avec son environnement.

 

 

 

 

(1) source "la Gestalt-thérapie" édition "L'Exprimerie "

Choisir son thérapeute

Envisager une thérapie commence, entre autres, par la recherche d'informations sur les courants pratiqués  en psychologie, les diplômes et certifications des professionnels: psychologue, psychiatre, psychothérapeute ou psychopraticien.

Ma certification me permet d'accompagner les personnes en souffrance existentielle comme d'une pathologie chronique. Le tableau clinique du patient est partagé et coordonné avec le corps médical.